L'Avenir Agricole et Rural 30 novembre 2017 à 08h00 | Par M. ROSSELLE, M.PEIGNEY, M. GOUGET

Alimentation hivernale du troupeau allaitant, attention aux équilibres

Les rendements en fourrages 2017 ont été hétérogènes en fonction des différentes zones du département. Par contre, les récoltes de maïs ensilage ont été plutôt satisfaisantes en quantité malgré une météo capricieuse durant l’été. Un point sur les bilans fourragers est essentiel avant d’attaquer la période hivernale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des bilans fourragers hétérogènes en qualité

Les premières analyses de foin 2 017 sont tombées, et affichent des résultats corrects en qualité malgré les faibles quantités dues au déficit d’eau hivernal et printanier. Par contre, des stocks de foins médiocres de 2016 sont encore présents en nombres dans les fermes du département. Les silos de maïs ensilage sont pleins. Le stock alimentaire devrait permettre à la majorité des éleveurs de passer la période hivernale sereinement malgré une qualité hétérogène. Il faudra jongler entre du fourrage 2 017 de très bonne qualité et du stock de report de 2016 voire de la paille pour certains qui aurait un bilan fourrager déficitaire.

Des analyses de fourrages pour répartir au mieux les fourrages

Un état des stocks est primordial pour faire le point sur les fourrages disponibles par catégorie suivant leur qualité et leur utilisation. Par la suite, les conseillers Bovins Viande de la Chambre d’Agriculture de la Haute-Marne, vous préconisent de connaître les valeurs alimentaires des fourrages pour permettre une bonne gestion de ceux-ci. Ainsi, la Chambre d’Agriculture est à votre disposition pour effectuer des analyses de fourrages toutes les semaines à l’aide de l’Analyseur AGRINIR.

Une fois les éléments de quantité et de qualité recueillis, reste à répartir les fourrages en fonction des besoins des catégories animales en équilibrant les rations. Celles-ci se basent sur les stocks d’aliments, l’inventaire des animaux par catégorie et la qualité des fourrages via les analyses.

Equilibrer les rations pour garantir les performances

Comme indiqué dans le tableau ci-contre chaque catégorie d’animaux a différents besoins en matière d’énergie et de protéines. Aussi les besoins varient avec les objectifs de production et la période de vêlage. Pour atteindre l’objectif d’un veau par vache par an, l’alimentation doit être rigoureuse avec des rations équilibrées. De petites économies peuvent parfois coûter très cher en élevage allaitant. Une ration limitante ou excédentaire impacte l’état corporel des vaches avec par la suite des problèmes sanitaires (boiteries,…), des problèmes de reproduction (allongement de l’IVV et de l’IV-IA Fécondante,…). Une vache improductive coûte 1 par jour à l’éleveur. Par exemple, dans un troupeau de 100 vaches allaitantes, un IVV de 395 jours représente un manque à gagner de 1 500 .

Vous pourrez consulter la suite de cet article dans notre édition du 1er décembre 2017.

 

Besoins des animaux en fonction de leurs stades physiologiques
Besoins des animaux en fonction de leurs stades physiologiques - © M.R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2473 | décembre 2017

Dernier numéro
N° 2473 | décembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui