L'Avenir Agricole et Rural 15 mars 2018 à 10h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

AGRICULTURE BIO : LE RESEAU GRAND EST SE CONSTRUIT

Une cinquantaine de producteurs bios du Grand Est se sont réunis les 29 et 30 janvier dernier, à Reillon (54), pour un séminaire de travail. L’occasion pour les producteurs lorrains, alsaciens et champardennais d’apprendre à se connaître et de continuer à construire le réseau à l’échelle du Grand Est.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un cinquantaines de producteurs bios du Grand Est ont travaillé pendant deux jours à la construction de la nouvelle fédération régionale bio Grand Est.
Un cinquantaines de producteurs bios du Grand Est ont travaillé pendant deux jours à la construction de la nouvelle fédération régionale bio Grand Est. - © PAYSAN LORRAIN

Les adhérents des trois réseaux des producteurs bios du Grand Est – CGA de Lorraine, Opaba, FRAB Champagne-Ardenne – se réunissent chaque hiver depuis trois ans pour construire le nouveau réseau à l’échelle du Grand Est. Une cinquantaine d’entre eux était présente à Reillon (54) les 29 et 30 janvier derniers.

« Nous travaillons à la définition de la nouvelle gouvernance et à la rédaction des nouveaux statuts de la fédération régionale bio Grand Est. Nous nous appuyons sur la charte des valeurs du réseau Fnab. Tout l’enjeu est d’assurer une bonne représentativité des territoires et des filières », explique Julien Scharsch, président de l’Opaba. Les habitudes de travail sont différentes. L’objectif de ces rencontres est d’harmoniser les méthodes tout en respectant les spécificités territoriales et de mutualiser les compétences. « La construction de la région Grand Est, est complexe de par son histoire. Mais elle est aussi riche de cet historique. La construction du réseau Grand Est, est un défi mais c’est passionnant », confie Sylvie CORPART, présidente de la FRAB Champagne-Ardenne.

 

Appui au développement de la bio

Le Grand Est compte plus de 200 fermes nouvellement converties en 2017. « La dynamique de conversion se maintient malgré les incertitudes sur les aides à l’agriculture bio. La demande est là, elle est forte (+20 %/an) mais la production ne suit pas le même rythme (+10 %/an). Il y a un vrai besoin d’accompagnement des fermes en conversion », estime Olivier Toussaint, président du CGA de Lorraine.

 

Le séminaire de travail a été l’occasion de présenter le programme de développement de l’agriculture bio sur la région pour la période 2018-2020. La volonté du réseau est d’accompagner l’ensemble des filières. « Nous étudions le développement de nouvelles productions, nous travaillons au développement de nouvelles filières : par exemple, le chanvre et la lentille en Champagne-Ardenne, ou la betterave à sucre et la moutarde en Alsace », précise Julien Scharsch.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui