L'Avenir Agricole et Rural 17 janvier 2013 à 10h39 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ACTUALITES LAITIÈRES - QUELLE PAGAILLE

Des contacts sont en cours pour tenter de remettre l’Interprofession au travail, le collège producteurs du Cil Grand Est considérant que la pagaille de janvier est intolérable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © reussir

Comment en effet justifier 25 Ä d’écart pour des laits qui ont parfois la même destination ?

Tout simplement par la volonté des entreprises de suivre la revendication des producteurs ou de l’ignorer en privilégiant leur propre intérêt au travers d’une grille de saisonnalité «maison ».

Car il faut le répéter, il ne s’agit pas, à ce jour,  d’un problème de prix annuel.

En effet les grilles de saisonnalité imposées par Bongrain et Lactalis, (une erreur nous a d’ailleurs fait écrire dans le dernier numéro que la saisonnalité de janvier était de – 15 euros chez Lactalis et de – 10 chez Bongrain alors que c’est le contraire), n’influeront en rien sur le prix moyen annuel dans la mesure où les plus et les moins, et en tenant compte du litrage de chaque mois, s’annulent.

Le principe d’une grille de saisonnalité, ce que ne pratiquait pas le Grand Est, est de définir, pour chaque mois, et en prix de base de départ, soit avant application des indicateurs et du(es) tunnel(s), l’écart avec le prix moyen de l’année.

Autrement dit tous les mois, le prix de référence est le prix moyen de l’année auquel s’appliquent ensuite la saisonnalité puis les indicateurs économiques et les tunnels.

Ainsi, au cas où  leurs grilles de saisonnalité resteraient en l’état, les prix de Lactalis et Bongrain seraient inférieurs en février à ceux des entreprises n’appliquant pas de saisonnalité mais par exemple en mars la situation serait inversée car les entreprises avec saisonnalité (BG et Lactalis) partiraient respectivement d’un prix de 311,49 et 311,60, prix qui même après application de leur saisonnalité, -15 (BG)et - 10 (Lactalis) resterait supérieur au prix de départ de celles sans saisonnalité qui elles partiraient de celui de mars 2012, soit 292,74.

Des démarches étant en cours pour rechercher une harmonisation nous reviendrons ultérieurement sur l’établissement des prix mensuels à partir d’une grille de saisonnalité.

 

 



FLEXIBILITE : POSITIVE MAIS VARIABLE !

 


Aussi bizarre que cela puisse paraître  depuis que le CNIEL ne publie plus le montant de la flexibilité, celui-ci varie selon les entreprises !

En fait ceux qui arrondissent le prix moyen annuel 2012 appliquent des tranches de 0,25 €/1 000 l et ceux qui n’arrondissent pas mettent la tranche à 0,27 !

Rappel, selon nos informations, du positionnement des laiteries :

BG :  1 tranche (sans changement) à  0,25
Sodiaal  :  3 tranches à 0,27 soit + 0,81
Ermitage : 3 tranches à 0,27 soit + 0,81 (inclus dans le prix de base)
Lactalis  : 4 tranches à 0,27 soit + 1,08 (à noter que Lactalis était à 3 tranches en 2011, qu’il est passé à  4 en janvier  2012, puis à 5 en aout 2012 et qu’il revient à 4 en janvier 2013 !)
Senoble et Triballat : aucune flexibilté (sans changement)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2466 | octobre 2017

Dernier numéro
N° 2466 | octobre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui