L'Avenir Agricole et Rural 15 novembre 2007 à 00h00 | Par A Leblond

ACTUALITES LAITIERES - LE CIL RENCONTRE LUC CHATEL

La réforme de la loi sur les relations commerciales inquiète transformateurs et producteurs, aussi l’interprofession laitière départementale a, à son tour, voulu faire passer son message à l’ancien élu haut marnais qui en a la charge,

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Demande initiale d’Entremont reprise par le CIL, la délégation reçue le 9 novembre était composée de Jean Yves Remillet, Président du CIL, de Jean Pierre Luciot (Elnor), représentant les coopératives laitières, de Alain Troalen (Entremont) et Daniel Lorillon (BG), représentant les industriels laitiers, de Richard Bourbon et André Leblond pour le collège producteurs.
Luc Chatel était lui accompagné de Jean Michel Rabiet, son assistant haut-marnais pour les questions agricoles.
 
Ne pas toucher aux conditions générales de vente.
 
Face à un ministre attentif les uns et les autres ont fait part de leurs craintes d’une loi faisant la part trop belle à une grande distribution pourtant déjà en situation de force et répété avec insistance le message de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) : les conditions générales de vente ne doivent pas devenir négociables.
Le Ministre présenta son projet comme un texte « volontariste et équilibré, respectant les grands équilibres et devant recueillir l’aval tant de l’ANIA que des gens raisonnables de la grande distribution ».
Si les grandes lignes du futur dispositif sont déjà écrites, les consultations vont continuer jusqu’à l’arbitrage final aussi la transformation, forcément en pointe sur ce dossier, se doit de suffisamment soutenir ses positions et de trouver les appuis politiques nécessaires pour éviter tout retournement de situation défavorable.
Eviter d’être les victimes
Pour les producteurs le message était clair, quelles que soient les nouvelles règles du jeu commercial, ils ne devront pas en subir les conséquences. Autrement dit la volonté politique de faire baisser les prix à la consommation pour soutenir le pouvoir d’achat (cf page de communication du CNIEL) ne doit pas être payée par les producteurs et les évolutions des prix des produits nécessaires à celle du prix du lait doivent être effectives.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui