L'Avenir Agricole et Rural 22 mai 2009 à 11h12 | Par F.Thevenin

Actualités Laitières - L'Emmental Grand Cru pour mieux valoriser son lait

Dans le contexte particulier de baisse du prix du lait payé aux producteurs, l'assemblée générale de la «laiterie d'Ageville» a permis de constater qu'une bonne valorisation du lait, en période tendue, permet de sauver les meubles... Compte-rendu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De janvier à avril 2009, la collecte de lait en France est en baisse de 2,2 % par rapport à 2008 alors que déjà, cette année-là, il lui manquait un million de litres pour atteindre sa référence. Il en est de même sur toute l'Europe avec 5 ans de sous réalisation dont 5 millions de litres en 2008. L'offre n'est donc pas «exagérée»...

Du coup, même si la demande des consommateurs marque le pas,  la baisse du prix du lait imposée par les transformateurs paraît totalement incompréhensible aux yeux de tous les éleveurs laitiers. A noter que seules deux régions ont augmenté leur production sur un an : la Franche Comté pour la production de Comté (qui se vend bien) et la Champagne Ardenne.

Cette tendance à la baisse se répercute au niveau des laiteries. Par exemple, en 2008, Entremont Alliance a collecté 63 millions de litres de lait alors que l'entreprise avait droit à 67 millions. La sous réalisation est donc de 4 millions. 2009 poursuit la même évolution avec – 2,5 % en avril.

Dans cette tendance nationale, la coopérative d'Ageville est une sorte d'ovni puisqu'elle a augmenté sa production (voir tableau). En avril 2009, la hausse est même de 7 % !

Production contrôlée

Entremont Alliance en profite pour rappeler aux éleveurs de la laiterie d'Ageville que les marges de manœuvre pour cette campagne 2009/2010 seront extrêmement limitées au niveau des quotas. Le 1 % prévu au niveau européen devrait être gelé et les prêts de quota devraient être bloqués. Le tout pour maîtriser l'offre en attendant la reprise de la demande.

La conséquence pour les éleveurs est de limiter les anticipations. Pire : il va falloir être extrêmement rigoureux car ceux qui ne feront pas 85 % de leur quota durant deux années auront droit à un prélèvement de 15 % (avant il fallait faire moins de 70 % la première année et moins de 80 la seconde année). A l'inverse, ceux qui dépasseront seront pénalisés. Même si l'application de la règle sur les sous réalisations sera «souple», il apparaît que les éleveurs n'auront pratiquement plus de marges de manœuvre.

Mais alors, comment s'explique l'actuelle baisse vertigineuse des prix payés aux producteurs ? En fait, par une production mondiale de lait en hausse et, surtout, par une baisse de la demande mondiale en produits laitiers. La solution pour voir le prix du lait payé aux producteurs est donc de limiter l'offre et de fortifier la demande mais, pour ce dernier cas, il faudrait que la Grande Distribution répercute la baisse des prix dans son intégralité. Problème : depuis plusieurs mois, cette Grande Distribution ne veut plus discuter avec les transformateurs et les producteurs. D'ailleurs, les transformateurs ne discutent plus non plus avec les producteurs... La situation est bloquée d'où la demande des représentants des éleveurs au gouvernement de nommer des médiateurs.

Situation agevilloise

Dans ce tableau assez noir, les 40 producteurs de la coopérative d'Ageville «s'en sortent un peu mieux»... Ils voient ainsi leurs efforts constants récompensés. En 2008, la qualité du lait a été bonne avec un TP moyen à 33,5 et un TB à 39,8. Même si la dégradation est conséquente en 2009, le niveau cellulaire était également bon en 2008 ainsi que les butyriques.

Pour les trois premiers mois de 2009, le prix de base payé aux producteurs livrant à Ageville pour la fabrication d'Emmental Grand Cru Label Rouge était de 330 euros / 1 000 litres. Selon les nouvelles règles imposées par les transformateurs, en avril, ils auraient dû perdre, comme tous les autres producteurs, 104 euros par rapport à avril 2008 soit une base à 223 euros !  Mais, grâce aux primes d'ajustement, d'engagement et de qualité, les producteurs d'Ageville auront 42 euros de plus que les autres. Il apparaît ainsi que, même si cela est plus compliqué, produire du lait pour la fabrication d'Emmental Grand Cru présente encore un intérêt.

Il reste à régler un autre problème : la baisse de la consommation et la perte du marché Lidl. Du coup, les stocks d'Emmental Grand Cru se forment et les déclassements des meules sont de plus en plus fréquents. L'idée d'Entremont Alliance est donc de reconquérir le marché Lidl.

Politique Entremont

Plus généralement, l'objectif du groupe Entremont Alliance est de «faire moins de poudre et plus de fromages» pour une meilleure valorisation du lait.

Il est prévu de maintenir l'activité sur Peigney en utilisant les outils à leur maximum. Quant à la production d'Emmental sur le site d'Ageville, elle paraît condamnée pour des problèmes environnementaux et de mises aux normes. La date n'est pas encore connue mais elle ne passera pas l'année.

Entremont Alliance souhaite également maintenir et exploiter au mieux toutes les filières que l'entreprise possède : les AOC Gruyère, Munster, Beaufort, le Label Rouge Emmental, le Bio Emmental et les pâtes molles.

Pour les producteurs, le syndicat Emmental a demandé que le cahier des charges imposé aux éleveurs soit légèrement allégé afin de faire baisser les charges et les coûts de production. Il est donc question de valider les robots de traite, de modifier quelques points de contrôle et de ramasser le lait toutes les 4 traites au lieu des 2 actuelles. Le tout sans perdre en qualité !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui