L'Avenir Agricole et Rural 01 mars 2012 à 10h01 | Par L'Avenir Agricole et Rural

ACTUALITÉS LAITIÈRES - CONTRAT LACTALIS

Le (mauvais !) feuilleton n’en finit plus. Lactalis vient d’écrire à nouveau à ses livreurs pour leur demander une fois de plus de signer la 2ème version du contrat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Vraisemblablement à court d’arguments, Lactalis  n’hésite plus à employer des moyens que   la morale réprouve  puisqu’il ne s’agit pas moins que de chantage.

Après être rentré sans succès une première fois dans cette logique de discrimination en payant en 2 fois les signataires (10 et 20 du mois suivant les livraisons) et en 3 fois (10, 20 et 30) les non signataires), Lactalis récidive et fait porter la discrimination entre « bons » et « mauvais » sur le prix, en clair tout en restant bien sûr payés en 3 fois, ceux qui n’auront pas signé le 31 mars prochain perdront les primes d’entreprise (prime de contrat et prime de saisonnalité pour les adhérents du Syndicat du Centre Est).

Les producteurs jugeront de la méthode.

Toujours ne pas signer

Pour autant, compte tenu des échéances à venir, le groupe national des Présidents maintient la consigne : ne signez pas quelles que soient les démarches et pression dont vous pourriez faire l’objet.

Le groupe des Présidents a eu en effet rendez-vous avec le médiateur de la République le 28février, puis tous les Présidents livrant à Lactalis seront à nouveau invités à se rencontrer afin de décider de la stratégie.

Parallèlement les responsables régionaux travaillent à l’organisation à venir des producteurs afin d’être prêts lorsque sortira le décret sur les OP sachant que dans l’attente il est bien sûr hors de question de signer la convention de fonctionnement proposée par Lactalis aux Groupements, cette dernière visant en particulier à détourner les producteurs en groupements des futures OP.

La suite au prochain épisode, ce qui ne saurait tarder !

Lactalis confond les verbes
«imposer» et «négocier»

La FNPL dénonce l’attitude du groupe Lactalis - tout fleuron de la filière laitière soit-il - qui décide, selon son bon vouloir, de l’avenir des producteurs de lait. Le dernier courrier de l’entreprise à ses producteurs, en date du 17 février, est à ce titre édifiant. Lactalis confond les verbes « imposer » et « négocier » !
La proposition de contrat proposée par Lactalis à ses éleveurs, le 22 octobre dernier, n’a pas été négociée. Pour preuve, Lactalis écrit dans son courrier qu’il n’y aura pas de nouvelle version de sa proposition de contrat ! Si des réunions ont eu lieu, notamment avec la délégation nationale des producteurs de lait livrant à Lactalis, elles n’ont jamais donné lieu à des négociations de certaines clauses du contrat.
Ce simulacre de discussions est d’autant moins acceptable que sur le terrain, les producteurs livrant à l’entreprise, sont soumis à des pressions jusque dans leur ferme pour les obliger à signer. Ce chantage prend la forme de remise en cause des primes, des délais de paiement… Tout cela est notifié par écrit ce qui témoigne du total mépris de Lactalis pour les producteurs.
La FNPL ne peut tolérer ce double langage et ces basses manoeuvres de la part d’un grand groupe laitier qui devrait donner l’exemple, comme ses homologues l’ont fait, avec la volonté de renforcer la cohésion de la filière laitière française.
Face à l’entêtement de certains dirigeants de l’entreprise, la délégation nationale des producteurs a adressé une lettre ouverte au p.d.-g. de Lactalis, le 2 février, pour tenter de sortir par le haut de cette impasse. Cette demande de négociation est restée lettre morte. Preuve que cette entreprise ne considère pas les groupements de producteurs comme de réels interlocuteurs contrairement à ce qu’elle écrit dans son courrier du 17 février.
La convention de fonctionnement groupements-entreprise rédigée par Lactalis n’a pas fait l’objet de discussions avec les organisations de producteurs. Ce document ne donne aucun pouvoir aux groupements. La FNPL rappelle que ce n’est pas à Lactalis de reconnaître les groupements mais à la loi et aux producteurs par leur adhésion.
Dans ce contexte, la proposition de contrat de Lactalis n’est toujours pas acceptable en l’état. La FNPL appelle donc les producteurs à ne pas la signer en attendant la reprise de discussions.

dernière minute :

Les représentants des présidents de groupements livrant à Lactalis satisfaits de leur rencontre avec le médiateur.
Dans un communiqué le groupe écrit en effet «cette rencontre conforte les groupements en ce qu’ils considèrent comme juste, à savoir le libre choix des producteurs de signer des contrats équilibrés»,  il ajoute que le médiateur s’est engagé à donner des réponses concrètes sur chacune des 15 saisines qui lui a été transmise, et ce avant le 7 mars prochain. Enfin le médiateur a accepté d’accompagner les groupements dans une démarche de négociation si Lactalis l’acceptait. «Dans ce contexte les groupements appellent les producteurs à patienter en attendant une reprise des discussions».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui