L'Avenir Agricole et Rural 05 juillet 2007 à 00h00 | Par F.Thevenin

ACTUALITE LAITIERE EN HAUTE MARNE - COOPERATIVE D'AGEVILLE

Depuis le 1er juillet, en accord avec les producteurs, la coopérative laitière d’Ageville est en location-gérance avec Entremont Alliance. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La dernière assemblée générale de la coopérative d’Ageville a été l’occasion d’officialiser le rapprochement avec Entremont Alliance. Jean-Louis Thévenin, président de la coop d’Ageville, s’est expliqué sur la situation en revenant sur quelques événements clés…
Depuis mars 2006, Lidl, le principal débouché de la laiterie pour l’Emmental Grand Cru, impose les mêmes tarifs que ceux appliqués aux portions traditionnelles. Aussitôt, pour couvrir les coûts de production et obtenir aux producteurs un prix du lait correct, les responsables d’Ageville demandent une hausse de 10 centimes d’euros par kilo d’Emmental.
Les négociations durent alors deux mois et la décision finale est prise par la direction allemande de Lidl : au lieu d’obtenir une hausse de 10 centimes, la coopérative obtient une baisse de 10 centimes. Le différentiel est donc alors de 20 centimes alors qu’il est impossible de rompre le contrat de vente !

Début 2006 positif

En parallèle, afin de connaître parfaitement la situation financière de la structure d’Ageville, Jean-Louis Thévenin a demandé un bilan comptable sur le premier semestre 2006. Il lui est délivré en septembre avec, en plus, un prévisionnel avec les éléments acquis.
Il apparaît que ce bilan comptable, sur les six premiers mois de 2006, est largement positif avec un solde de + 95 000 euros. Mais, dès juillet, le conseil d’administration vote la prime butyrique de 10 euros afin de compenser la baisse imposée par Lidl.
En fait, les résultats comptables positifs du premier semestre cachaient les difficultés à venir et des équilibres difficiles à obtenir. Sur le marché Lidl, du fait de la baisse du prix des meules, la perte est de 220 000 euros.
De plus, en parallèle, la productivité de la coopérative d’Ageville baisse avec la baisse de rendement de quelques centièmes.

Faire preuve de réalisme

Les dirigeants d’Ageville avaient placé de nombreux espoirs dans l’année 2006 avec un contrat de vente de meules qui débutaient en décembre, un contrat de prestation de conditionnement et des grands distributeurs (Hard Discount ou grandes et moyennes surfaces) qui s’intéressent de nouveaux à l’Emmental Grand Cru.
Mais la réalité économique a rattrapé ces espoirs. En plus des choix de Lidl, le prestataire en conditionnement ne paye pas ses factures (38 000 euros).
La coopérative d’Ageville se trouve alors dans une situation difficile et est obligée de trouver un gérant pour la transformation et la commercialisation. Jean-Louis Thévenin résume les faits : « fragilisés financièrement, nous préférons passer la main pendant qu’il est encore temps ».
Cette solution semble la plus raisonnable pour satisfaire tout le monde et, en particulier, les éleveurs qui aurait dû, dans le cas contraire, « lâcher » 50 euros/1 000 litres pour redresser la situation.

Rapprochement
avec Entremont Alliance


Des entretiens se sont alors multipliés avec Entremont Alliance qui possède une filière Emmental Grand Cru pour signer, au bout du compte, un contrat location-gérance avec une prime de « lait au foin » et une prime butyrique.
L’accord a été signé en avril à la suite d’une réunion, le 27, avec les producteurs et les dirigeants d’Ageville et d’Entremont. Le contrat a débuté le 1er juillet dernier pour 10 ans. Il prévoit :
- l’achat du lait des producteurs avec une hausse du prix du lait payé aux producteurs estimée à 16 euros/1 000 litres. Les prix sont garantis jusqu’en 2010. A partir de 2017, date de la fin des emprunts de la coopérative d’Ageville, le contrat est renouvelable tous les 3 ans par tacite reconduction.
- la location des bâtiments.
- la reprise du personnel avec quelques ajustements et déplacements sur d’autres sites puisque l’activité négoce passe à Chevillon et l’activité administrative passe à Montigny.


Par contre, le capital social de la coopérative d’Ageville reste en place et Entremont s’est engagé à ne pas dégrader les fonds propres d’Ageville.
Enfin, d’un côté pratique, rien ne change pour les producteurs en matière de ramassage. Les tournées restent les mêmes, avec les mêmes Hommes et les mêmes relations.

Les turbulences autour
de l’Emmental Grand Cru



 La baisse en consommation et en vente de l’Emmental Grand Cru ne date pas d’aujourd’hui. La production est malmenée depuis de nombreuses années à tel point qu’en 2000, Entremont s’est replié sur elle-même en ne vendant que ses meules Emmental. Elle choisit alors de préserver cette branche malgré son aspect déficitaire.
En 2003, une seconde crise intervient avec Lidl qui crée une véritable turbulence dans la filière en cassant les prix. Lidl dévalorise le produit particulier qu’est l’Emmental Grand Cru. Il est suivi par Leader Price et Ed et les prix payés aux laiteries chutent.
Malgré tout, Entremont Alliance a décidé de continuer à faire vivre la filière à condition de trouver une solution pour faire monter les prix. L’idée est de « raisonner groupé et uni » avec l’autre fabriquant qui est Ermitage. Les deux metteurs en marché s’unissent pour lutter contre les Grandes Surfaces et se sont donnés deux ans pour voir les prix augmenter.
Le tout se passe dans un contexte très particulier où la consommation mondiale de produits laitiers ne cesse de progresser, la consommation française baisse et l’Emmental Grand Cru n’intéresse pas le monde. Entremont veut donc reconstruire une filière sur la différenciation du lait et de la qualité. Mais, sans ce projet fédérateur et unifié, l’emmental Grand Cru est mort.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2522 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2522 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui