L'Avenir Agricole et Rural 17 juillet 2020 à 09h00 | Par L'Avenir Agricole et Rural

2020 : l’effet boule de neige

La SAU bio représente aujourd’hui 7,5 % de la SAU haut-marnaise et 3,4 % de la SAU auboise, les 2 départements comptent plus de 350 agrobiologistes. C’est encourageant pour que la dynamique de développement de l’AB se poursuive, une dynamique bien engagée grâce à l’impulsion de diverses actions collectives variées initiées par de multiples partenaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aujourd’hui le profil des agrobiologistes est multiple.
Aujourd’hui le profil des agrobiologistes est multiple. - © TM

Avec plus 2100 ha nouvellement engagés dans l’Aube et près de 4500 en Haute-Marne par une soixantaine d’exploitations, 2020 est une nouvelle année record en termes de conversion à l’AB, tout comme 2018 et 2019. Un intérêt croissant qui s’explique par le cumul et la récurrence de facteurs favorables et un effet boule de neige.

Depuis 20 ans les Chambres d’agriculture ont développé des compétences techniques pour accompagner les projets de conversion en s’appuyant sur l’expérience des pionniers de ce mode de production et sur la mise en place d’expérimentations et  de réseaux. Aujourd’hui les conseillers sont fiers des résultats obtenus grâce à leur action concertée avec le réseau Bio Grand Est et ses groupements d’‘agrobiologistes départementaux.

Les conversions s’accélèrent
Chaque année, les Chambres d’agriculture accueillent 60 à 100 projets de conversion et les trois quarts d’entre eux se concrétisent dans des délais de 1 à 3 ans, parfois sur une partie de la SAU, mais aussi, et de plus en plus souvent sur l’intégralité de leurs surfaces.

Les agrobiologistes s’organisent

Ce premier boom a amené des nombreux agrobiologistes à s’interroger sur la manière de sécuriser la qualité de leurs récoltes et de les optimiser auprès de leurs débouchés de plus en plus nombreux.

D’ores et déjà des solutions individuelles ou collectives émergent (achat de trieur en CUMA, installation de triage, séchage collectif ou en modèle ETA, partage de matériel et main d’œuvre via Agri-échange, moulin et/ou pressoir à la ferme pour les adaptes des circuits courts).

Pour favoriser la mise en réseau des agrobiologistes, les Chambres d’agriculture organisent le forum Déclic BIO, des formations, des tours de plaines collectifs, des visites techniques et accompagnent les collectifs en émergence et le montage de leur projet. Le GAB 52 anime lui aussi des groupes de réflexions pour l’émergence et le montage de projets collectifs.

Vous pourrez retrouver la suite de cet article dans notre édition du 17 juillet 2020.

Méthanisation et agrobiologie

Le scénario Afterres2050 pose comme hypothèse une généralisation des couverts végétaux d’ici à 2050, soit le double des surfaces couvertes aujourd’hui. La valorisation de ces couverts est diverse. Ils sont parfois pâturés, parfois fauchés et réincorporés au sol ou encore mulchés.

Leur méthanisation est une alternative très actuelle qui permet de produire de l’énergie tout en récupérant de la matière fertilisante pour les sols sous forme de digestat, une solution qui permet aussi de maîtriser les risques de récurrence des adventices.

Le digestat peut être épandu brut ou subir un traitement de séparation des phases liquide et solide. La partie solide est très riche en matières organiques stables et en phosphates. Elle est utilisable comme un amendement simple et classique du sol. La partie liquide concentre l’azote ammoniacal issu du digestat et elle peut ainsi remplacer l’engrais liquide de synthèse et des engrais minéraux azotés.

Des suivis qualitatifs de leur utilisation ont conclu à l’observation d’une meilleure résistance des cultures d’hiver et d’une avance de croissance des plantes ayant reçu un apport avant après levée. Sur pâtures, il est noté une évolution de la flore qui s’enrichit notamment en trèfle. Toutefois ces résultats sont dépendants de la qualité du digestat comme des dates et systèmes d’épandage.

Stéphane LE ROUSIC

Vous pourrez retrouver la suite de cet encadré dans notre édition du 17 juillet 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Avenir Agricole et Rural se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Avenir Agricole et Rural
La couverture du journal L'Avenir Agricole et Rural n°2622 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2622 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui